single project

Affaire Urvoas / Solère : le ministre de la Justice sabote une enquête !

3606 signataires. Objectif : 5 000



Madame, Monsieur,

Ne les laissez pas étouffer ce scandale d’État ! Jean-Jacques Urvoas, ancien ministre de la Justice, et Thierry Solère, député LREM, doivent se soumettre à la justice comme tous les autres citoyens.

Acceptez-vous les passe-droits pour les « élites » ?
Laisserez-vous un ministre de la Justice se croire au-dessus des lois ?

Quand on est ministre de la Justice, on peut avoir accès à des informations ultra-confidentielles. Comme des enquêtes en cours, par exemple. Et on n’est pas censé s’en servir pour couvrir ses copains élus

Mais ça n’a pas gêné Jean-Jacques Urvoas, quand il était en poste.

Entre le 23 avril 2017 et le 7 mai 2017, en plein coeur de l’élection présidentielle, le député Thierry Solère était visé par une enquête pour :

  • Corruption ;
  • Fraude fiscale ;
  • Blanchiment ;
  • Trafic d’influence ;
  • Recel d’abus de biens sociaux.

Il décide alors de demander à son ami Jean-Jacques Urvoas, ministre de la justice, de lui révéler où en est l’enquête.

Il s’agit là d’un acte très grave. C’est un viol du secret de l’instruction.

Pensez-vous que Jean-Jacques Urvoas ait au moins poliment refusé ?
Non.

Se pensant au dessus des lois et plus malin que tout le monde, il profite tranquillement de sa position de ministre de la Justice pour divulguer une note confidentielle à son « ami » député, avec toutes les informations sur l’enquête le concernant !

Il l’a fait de manière dissimulée, via la messagerie Telegram. Vous savez, cette messagerie cryptée dont on parle tant car elle est notamment utilisée par les terroristes soucieux de rester à l’abri de la curiosité policière…

11 juin et 18 juin 2017 : Elections législatives. Le temps passe.

26 juin 2017. Presque deux mois se sont écoulés depuis le message de Jean-Jacques Urvoas. Les enquêteurs se présentent chez Thierry Solère pour perquisition.

Vous ne serez pas étonné : c’est possible qu’ils n’aient trouvé… « pas grand chose ».

Mais parmi ce « pas grand chose », ils ont surtout découvert le fameux message de Jean-Jacques Urvoas. Car Thierry Solère avait semble-t-il oublié de le supprimer.

Un enquêteur témoignera :

« C’est délirant : ces mecs jouent aux espions en utilisant des messageries soit-disant secrètes, et ils se font prendre comme des bleus. »

La question est la suivante : Des preuves ont-elles pu disparaître entre le 23 avril et le 26 juin ?

En tant que citoyen, vous êtes en droit de vous la poser !

Les faits ont été confirmés par la justice. Le Canard Enchaîné a sollicité le 11 décembre dernier le procureur de Nanterre, Catherine Denis, qui a confirmé l’ensemble des faits.

Si vous omettez de déclarer un seul centime au fisc, vous allez vous attirer de gros problèmes.

Mais pour d’autres personnes bien placées, c’est carrément le ministre au sommet de la pyramide qui vous contacte… pour leur donner une chance de s’échapper.

Il y en a ras-le-bol de ce deux poids deux mesures !

D’autant plus scandaleux que le ministre Jean-Jacques Urvoas expliquait dans une tribune du 23 mars 2016 que…

« la garantie d’indépendance de la magistrature, seule, assurera l’égalité des justiciables ».

Il demandait même une « réforme de la constitution » pour « garantir que les juges puissent agir sans influence politique ».

Il se paie littéralement votre tête !

Pour Thierry Solère, c’est la même histoire.

Depuis plusieurs années, le député est soupçonné d’emploi fictif (12 000€ / mois) et de conflits d’intérêts… en plus d’être un des députés les moins actifs de l’Assemblée nationale.

Certains collègues députés dénoncent d’ailleurs son fonctionnement… particulier… depuis quelques temps déjà :

« Il est sympathique… comme tous les escrocs » — Marianne, le 28 novembre dernier

Après, on s’étonne que presque plus personne ne croit dans notre classe politique. Il est urgent de se mobiliser. Il faut que :

  • Toute la lumière soit faite sur cette affaire. Qu’on sache ce qu’il s’est réellement passé ;
  • Que, s’il y a infraction, Jean-Jacques Urvoas soit poursuivi par la justice comme tout autre citoyen ;
  • Qu’il soit également condamné à une peine à la hauteur de la gravité des faits ;
  • Et surtout, que la peine soit effectuée !

Restons vigilants ! Il y a une tendance claire des hommes politiques corrompus à être condamnés à des peines ridiculement faibles… et souvent, tout est mis sur l’inéligibilité. Presque pas d’amende, presque pas de prison.

Si vous tardez seulement à payer vos impôts, le jugement ne sera clairement pas aussi clément !

C’est pourquoi vous devez…

… signer la pétition maintenant

… et la diffuser auprès de tous vos amis au plus vite : par email, sur les réseaux sociaux, etc.

C’est notre seul espoir pour déclencher une prise de conscience et mettre fin à l’impunité des politiciens corrompus !

Alors, vous avez le choix : baisser les bras et accepter que des élus se sentent au-dessus des lois et méprisent les Français.

Ou alors signer cette pétition pour protester vivement et créer une vague immense de contestation : les élus et les ministres hors-la-loi, ça suffit !

Pour signer la pétition, remplissez le formulaire et cliquez sur le bouton « je signe ». Votre signature sera automatiquement prise en compte et vous recevrez un email de confirmation très prochainement.

Un grand merci d’avance pour votre action.

L’équipe Damoclès

  • Destinataires :

    Nicole Belloubet, ministre de la Justice et Emmanuel Macron, Président de la République


  • Partagez
  • Signataires : 3606