single project

Pétition : STOP aux appels au djihad en France !

8484 signataires. Objectif : 10 000



Madame, Monsieur,

Ça y est, au bout de quelques décennies, nos « élites » ont baissé leur pantalon face à l’islam.

J’ai bien conscience que ma démarche va en agacer certains.
Peu m’importe, c’est un cas de conscience.

Sur la menace islamiste, Damoclès a réuni des informations exclusives grâce à une équipe de journalistes d’investigation et à l’aide de l’Observatoire de l’islamisation. Ils ont vu de leurs propres yeux ce qui se prépare dans notre dos.

Et vous pouvez vous aussi les vérifier, car ces faits sont exposés au grand jour. Ils ne sont simplement pas médiatisés, et s’ils le sont, ils ne sont pas mis en lien les uns avec les autres.

Voici donc ce qui se passe en dehors des plateaux de télévision :

La France accepte des imams intégristes… interdits de prêche par les autorités religieuses au Maghreb !

Depuis des décennies, une grande partie de la classe politique vantait un « islam de France modéré, éclairé ». La réalité est toute autre.

Prenez l’imam salafiste tunisien Bechir Ben Hassen. Il a été interdit de prêche à la mosquée de Msaken, en Tunisie. Son bannissement était venu du plus haut niveau.

En effet, le ministre tunisien des affaires religieuses avait interdit ses prêches parce qu’il est considéré comme un intégriste hautement controversé en Tunisie.

Il vient d’ailleurs d’être condamné le 16 avril 2018 par la justice tunisienne à six mois de prison ferme.

Vous n’allez pas le croire : il prêche aujourd’hui… en France !

Oui, selon nos informations, depuis début 2017, il prêche chaque semaine à la mosquée Avicenne de Pontoise (Oise). Il tient également des séminaires de théologie à la mosquée Assalam d’Argenteuil.

Mais que fait-il en France…

… alors même que la justice française avait lancé un mandat d’arrêt international à son encontre en 2012 !?

Une mosquée salafiste toujours ouverte deux ans après un arrêté de fermeture.

Allons à Marseille, dans le 15e arrondissement. Ici, chaque vendredi, 300 musulmans assistent à des prêches salafistes à la mosquée de Consolat.

Le salafisme est une branche extrêmement radicale de l’islam, qui justifie volontiers le djihad.

C’est déjà un grave problème en soi.
Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.

En effet, la mosquée fait l’objet d’un arrêté de fermeture depuis… juin 2016 !

La raison ? Son imam, Mouammar Fedj, a proféré des « discours antirépublicains » selon les services de renseignement.

Quand vous connaissez les appellations officielles politiquement correctes, vous comprenez qu’il ne s’agit pas de prôner l’amour et la paix…

Cet imam n’est d’ailleurs même pas Français… mais Algérien.

Pourquoi tolérons-nous sur notre sol des individus qui prêchent la haine de la France et des non-musulmans qu’ils considèrent comme de méprisables « mécréants » ?

Pourquoi une mosquée sous le coup d’un arrêté de fermeture est-elle toujours ouverte presque deux ans après ?

Un poste de police fermé… puis transformé en mosquée salafiste.

Vous avez bien lu : des élus ont remplacé un poste de police par… une mosquée salafiste !

Même les services de renseignement intérieur sont tombés à la renverse quand ils ont vu cela.

L’affaire se passe à Marignane, dans les Bouches-du-Rhône. La mosquée salafiste Es Salam, gérée par l’association cultuelle musulmane de la ville a récupéré le poste de police municipale de Marignane jouxtant la mosquée.

Les faits sont d’autant plus inquiétants que la ville de Marignane est citée dans des articles de presse titrés « Terrorisme, criminalité organisée, et délinquance économique », ou « Marignane : face à la menace, on a décidé de ne pas tirer ».

Mais ça ne semble pas gêner ces élus.

Quel sens des priorités !

La mosquée où enseignait le terroriste islamique de Villejuif est toujours ouverte !

Sid Ahmed Ghlam est le terroriste islamique qui a assassiné Aurélie Châtelain à Villejuif. Il l’a lâchement tuée le dimanche 19 avril 2015 pour lui voler sa voiture.

S’il ne s’était pas grièvement blessé, il aurait mis son plan à exécution. Il prévoyait de s’attaquer à trois églises catholiques ce dimanche-là : l’église Saint-Cyr-Sainte-Julitte et l’église Sainte Thérèse à Villejuif, mais aussi la basilique du Sacré Coeur de Montmartre.

De l’aveu du prêtre de l’église Saint-Cyr-Sainte-Julitte, il aurait été en capacité de commettre « un véritable carnage », tant les fidèles sont nombreux à la messe du dimanche.

Ce que les médias politiquement corrects n’ont pas dit, c’est que Sid Ahmed Ghlam enseignait à la mosquée El Fath (La conquête) à Saint-Dizier.

Cette mosquée proche de l’UOIF (Frères musulmans) relayait des publications sulfureuses sur les réseaux sociaux avant de fermer sa page.

Ainsi, dans une vidéo publiée en août 2014, l’auteur expliquait qu’à la fin des temps, une guerre totale éclatera entre les musulmans et les « mécréants »… et que nous entrons justement dans cette époque apocalyptique.

Au moment où je vous écris, cette mosquée est toujours ouverte.

Des mosquées salafistes réouvrent avec la fin de l’état d’urgence !

C’était sur la chaîne d’informations LCI, le 4 novembre 2017 :

« Fermée pour apologie du terrorisme durant l’état d’urgence, une salle de prière des Hauts-de-Seine est réouverte à la fin de cette loi d’exception. »

Dans cette mosquée, des propos terrifiants avaient été tenus par des musulmans.

Il faut se rendre compte des propos haineux dans lesquels ils s’entretiennent comme : « il y a les musulmans d’une part et les chiens de mécréants d’autre part »…

… jusqu’à l’apologie du terrorisme : « les terroristes sont des musulmans qui ont la foi. »

Sur LCI, on découvre le pot-aux-roses : « La préfecture explique que les éléments qui ont permis de fermer la salle ne suffisent plus avec la nouvelle loi. »

La fin de l’état d’urgence a permis de réouvrir ces mosquées salafistes… parce que la nouvelle loi ne prévoit aucun dispositif pour les encadrer !

On croit rêver !

Et des cas comme ceux-là, nous en avons collecté des dizaines et des dizaines, tous plus graves les uns que les autres. Il faudrait des pages et des pages pour tout vous dire.

En effet, il y a 2600 mosquées en France. Tous les deux jours, un nouveau projet de mosquée est déposé.

En France, les Frères musulmans contrôlent 170 mosquées.
170 lieux de prière qui prônent un islam radical et explicitement anti-occidental.

Le mouvement tabligh est l’autre pourvoyeur du djihadisme. Vous avez entendu parler du salafisme et du wahabisme. La mouvance tabligh sait se faire discrète. Ses adeptes visent les moins instruits, pour une « islamisation par le bas ».

Dans certains quartiers,ils se substituent à l’État ; avec la compromission de ce dernier, sous prétexte qu’ils arrivent à “pacifier” les cités !

Et ils contrôlent déjà 147 mosquées en France.

Cela fait plus de 300 mosquées aux mains d’ennemis islamistes !

Il y a trop longtemps que ça dure ! Nous devons réagir. Nous ne devons plus accepter ces compromissions avec les islamistes. Les ennemis de l’intérieur doivent être mis hors d’état de nuire.

Madame, Monsieur, j’en appelle à vous.
Allez-vous rester sans rien faire au moment où la France a besoin de vous ?

Parce que la situation est grave et urgente, je lance une grande pétition nationale et je vous demande d’y participer maintenant en signant le formulaire.

Le plan est simple : nous devons cesser de nous mettre à plat ventre devant l’islamisme.

On ne peut pas partir en guerre aux quatre coins du monde contre les djihadistes et les encourager sur notre propre sol !

Ce plan va marcher à une condition : que nous soyons des dizaines de milliers à agir.

Ensemble, nous devons demander des changements radicaux dans la politique actuelle. C’est le seul moyen d’empêcher l’islamisation de la France.

Et cela commence par votre signature aujourd’hui même.

Armez-vous de courage, car c’est une question qui concerne la vie et la mort de VOTRE civilisation millénaire, de vos enfants, de vos proches.

Et n’espérez pas que les politiques agissent sans y être contraints. La voie qu’ils ont choisie pour le moment est celle de la soumission.

Notre seule chance est de générer une pression sociale si forte qu’ils seront obligés de reculer sous peine d’être mis au ban de la vie politique.

J’espère vraiment que vous allez signer et transmettre cette pétition à tout votre entourage, par tous les moyens que vous pouvez. C’est notre seul espoir.

Partagez sur Facebook, Twitter, WhatsApp, Telegram, SMS…
Envoyez le lien par email à votre liste de contacts.

En signant cette pétition adressée à Emmanuel Macron, vous exigez solennellement :

1. l’expulsion de tous les islamistes étrangers

2. qu’aucun imam qui prêche la haine de la France ne puisse entrer sur notre sol

3. la fermeture urgente des mosquées de salafistes, tablighs et autres Frères Musulmans

Vous pouvez vous dire que de telles demandes ne passeront jamais.

C’est exactement ce qu’ils espèrent. Que vous vous découragiez et que rien ne se passe.

Alors s’il vous plaît, signez la pétition maintenant.
Transférez ensuite ce message à tous vos contacts.

Tout repose sur vos épaules.

Un grand merci pour votre action,

L’équipe Damoclès

  • Destinataire :

    Monsieur le Président de la République, Emmanuel Macron


  • Partagez
  • Signataires : 8484

Signer la pétition